Créer mon blog M'identifier

Etre une maman jumelle

Le 17 juillet 2013, 23:30 dans Famille 0

Les mamans jumelles sont différentes des autres mamans (comme étant enfants elles sont différentes)

Ecrit par mama2

 

Les autres enfants, quand ils voient des jumeaux ou jumelles, ils sont jaloux (alors là je peux conseiller de lire Rufo, Frères, soeurs, la maladie d'Amour). Surtout si ils n'ont jamais eu ni de frère ni de soeur.

Une conversation téléphonique avec mama-fée m'a donné l'inspiration pour cet article.

Voilà ce qu'elle a dit :

"Ma fille tu sais ta fille te réclame pour elle toute seule, mais toi, tu ne m'as jamais eue pour toi toute seule !"

Eh oui, il fallait toujours tout partager avec la jumelle !

 

C'est plutôt aux jumeaux d'être jaloux des non-jumeaux, mais pour une raison assez explicite, au deuxième anniversaire un jumleau oublie la galère de l'avant deux ans, l'avant "terrible two", l'avant affirmation de soi. Le fait est que les jumeaux ont beaucoup plus de mal à être "soi" que les autres enfants, ils trouvent donc ça normal d'attendre leur tout pour manger, calin, jeu avec maman et papa, histoire avant de s'endormir (quoi que là c'était chacune dans son lit et le lecteur entre les deux) mais jamais de calin-histoire ou de partage de lit avec maman papa, pas de king size !!! Des petits déjeuners du dimanche tous ensemble assis sur le lit conjugal, oui, après 3 ans...

Ils trouvent normal d'attendre leur tour car pour le jumeau il est l'autre. Je ne sais pas ce que je ressentais, est ce que je pensais que quand ma soeur mangeait et moi je me faisais bercer dans mon transat en hurlant, j'étais ma soeur qui mangeais ? Je ne crois pas. Il est flou de chercher dans des souvenirs aussi lointains, le peu que mama-fée a eu le temps de transcrire et le peu dont elle se souvient. Dans ma tête rien à part l'histoire du soir.

 

En tout cas pour les non-jumeaux la différence est nette : le jumeau, lui, il a un compagnon de jeu permanent. Sauf que là on a oublié de lui dire qu'avant 18 mois ma soeur et moi nous disputions tellement fort qu'on a été obligées d'être dans des parcs séparés jusqu'à ce que nous nous tenions debout et que nous apprenions tant bien que mal à nous supporter ! Un jumeau est comme un enfant de 3 mois gardé par la même nourrice qu'un autre enfant de 3 mois, sauf qu'il dort avec cet autre enfant et a les mêmes parents. Tout pareil, maman, papa, nourrice, crèche, classe, camarades de classe... Ca peut être soulant. Rufo recommande de séparer les enfants de classe ou d'école dès 3 ans... Dur pour les parents de trouver 2 classes ou écoles différentes ! Mais tellement bénéfique pour l'enfant ! Ma soeur m'aurait terriblement manquée mais je n'aurais reçu aucune brimade de ces enfants jaloux qui n'imaginaient pas la chance de leurs deux premières années où ils avaient leur maman rien que pour eux... ou 9 mois pour les enfants très rapprochés !

 

Nous nous complétions, soit. J'étais une enfant terrible, hyperactive, surnommée "bille de clown", mama1 une enfant calme et reservée, douce, surnommée "bébé cadum". Elle me canalisait, je la poussais un peu à bouger. Nos enfants sont comme nous. C'est quand on voit qu'ils ne peuvent pas se compléter car trop éloignés en âge et distance, qu'on regrette de ne pas les avoir faits ensemble ou de ne pas être l'une auprès de l'autre. Quand ils se rejoignent ils se disputent mais sont bien ensemble comme nous enfants.

Le d'abord maman

Le 17 juillet 2013, 23:14 dans Famille 1

Ecrit par mama2 :

 

Je voulais faire un article-fiche de lecture du livre du Dr De Gasquet Périnée, arrêtons le massacre, mais l'ayant emprunté à la bibliothèque et gardé 6 mois au lieu d'un, je n'ai pas pris le temps de faire cette fichue fiche (haha) car je passais mon temps à regarder des series en streaming je m'occupais beaucoup de p'tite fée (surtout pendant la crèche et au lieu de chercher du boulot = enfin en plus d'en chercher j'ai entretien demain croisons les doigts)

Mais pourquoi tu révises pas au lieu de poster ? J'ai de l'inspi ce soir ça se commande pas

 

Bref le d'abord maman, toute maman qui se reconnait l'oublie (comment ça non ?) dès qu'elle voit l'adorable bouille de son bambin et qu'elle lui fait des gros calins en lui donnant à manger.

Si on met de côté ces mam'anges qui n'ont pas la chance de voir leur petit bout grandir, et je compatis à votre douleur même si j'ai eu la veine de ne l'avoir jamais vécue, qui elles ressentent bien malheureusement la douleur physique en plus de la douleur morale, les mamans débordées que nous devenons avec un petit bout en forme nous fait oublier notre muscle le plus important dans la maternité : le périnée.

 

D'abord, la grossesse. Notre muscle, qui soutient tous les organes du ventre ainsi que les muscles se trouvant au dessus de lui, est mis à mal. Le ventre s'arrondit, bébé ou bébés pren(nent)d sa place, grandi(ssen)t, et on s'allojnge sur le côté tellement les ligaments tirent (2 fois aux urgences pour moi car je croyais que ptite fée était en souffrance alors que c'était les ligaments, puis une belle séance d'ostéopathie). Le périnée se détend, et en plus il faut lui apprendre à se détendre encore plus pour l'accouchement !

 

Lors de l'accouchement, la position ! Très importante pour permettre au bébé de sortir et à la maman d'être le moins handicapée possible. Les positions du Dr de Gasquet, l'auteur du livre, sont devenues connues : sur le côté, le dos en relevant un peu les jambes, accroupie...

La position gynecologique est une insulte à notre périnée, il faut la bannir de l'accouchement. Mama 1 ne se sentait bien que sur le dos, moi je voulais accoucher accroupie ou debout mais les sages femmes n'étaient pas formées pour ça et ont perdu les pédales quand mon périnée m'a fait souffrir, elles m'ont mise sur le dos du coup grosse déchirure pour un bébé de 46cm et 2kg570...

 

Il a été aussi prouvé que les bébés en siège peuvent sortir par voie basse, ce qui permet une meilleure remise en forme de la maman que la césarienne. Pour le cas des bassins trop étroits, je ne connais pas encore de solution, peut être en existe-t-il une... Sinon ce genre de femme -qui sont nos mannequin - (pointe de jalousie dans la voix j'ai toujours voulu être mannequin mais je ne dépasse pas le mètre 60 et je n'ai jamais été en dessous du 38, mais j'ai un bassin large on peut pas tout avoir) bref ce métabolisme de femme est-il condamné à accoucher par césarienne ? Même si on fait des progrès dans le médical, j'ai entendu leurs témoignages d'accouchements ratés, j'en ai pleuré pour elle... Quand on regarde bien ma grosse déchirure à coté c'est de la gnognotte.

 

Quoi qu'il en soit avec bébé au sein ou au bib, qu'on nourrit à la demande dans tous les cas (encore là prouvé que bébés nourris à heures fixe sont plus stressés donc se développent moins bien, et si les médecins vous ont forcée à le faire eh bien ce n'est pas vous qui êtes une mauvaise mère (d'ailleurs à ce propos faut relire Mélanie Klein)), qui se réveille 3, 4, 8 fois par nuit, la maman qui reçoit 40 personnes la journée et qui ne dort plus, le lit d'hôpital absolument pas adapté à la situation d'une nouvelle mère, pour une déchirée, pour une césarisée, c'est horrible de mettre le bébé dans une cage de plastique perché plus haut que le lit de la mère qui doit monter son lit et donc manquer de se casser la figure avec son bébé... Alors que le lit cododo à coté d'un lit bas, ou tout simplement un grand matelas par terre - serait dix fois mieux pour éviter de fatiguer le périnée !

 

Maria Montessori disait qu'on offrait plus de soins à la mère qu'à l'enfant, en 1936, eh bien je ne sais pas si à l'époque toutes les mères avaient quelqu'un qui nourrissait leur bébé à leur place ou leur apportait, de nos jours non seulement le bébé est toujours trimballé de la sorte mais en plus la maman doit se déplacer, ce qui fait autant de douleur pour les deux. Le d'abord maman selon Montessori (et des tas de nouvelles mamans et nouveaux papas) c'est d'accoucher chez soi et de s'allonger tous sur un grand matelas où bébé mange quand il veut pendant que maman dort (ocitocyne tout ça), recevoir le moins de visites au début et laisser maman se reposer, après tout tata tonton papi mamie peuvent attendre 2 jours, le temps que tout le monde s'en remette, bébé nu dans une couverture d'emmaillottement et collé à sa maman pour sa chaleur, ne pas le peser ni le mesurer tout de suite, ou alors sur le matelas, ne pas faire de lavage intempestif, administrer la vitamine ou je ne sais quel soin toujours sur le matelas... On a aspiré ma fille qui avait fait caca dans le liquide, soit elle a fait caca quand on m'a stressée à l'hôpital, mais elle n'a rien avalé, et puis le bébé lotus. Il a été prouvé (voir facebook pour les articles que nous partageons sur tous ces sujets) que le placenta nourrit encore le bébé pendant les 10 jours où l'on attend que le cordon se détache. Il suffit de mettre le placenta dans une bassine près de bébé et maman peut aller aux toilettes, un nouveau né ne va pas la suivre en rampant avec son placenta trainant derrière lui ! le bain peut être donné avec le placenta dans la bassine non loin de la baignoire ou la douche. D'ailleurs le bain ne sert pas vraiment ces 10 premiers jours. Je ne dis pas qu'en lavant bébé on a contribué à moins de mort de nouveaux-nés, je ne suis pas médecin ni historienne, seulement je pense que selon ce que j'ai étudié sur la question, le bain doit être donné au bébé mais on peut attendre au moins 2 jours si on n'attend pas 10 jours. Je ne pense pas que c'est manquer d'hygiène de donner le bain quand même mais plus tard. L'enfant sortant de sa mère est couvert de vernix qui le protège pendant ces dix jours. Le manque d'hygiène à long terme peut être un problème.

 

Comme je passe souvent du coq à l'âne, je ne parle plus de notre cher périnée.

Pendant ces dix jours où maman est crevée et bébé n'arrête pas de manger, si il n'y a pas de papa maman doit faire à manger elle même et se reposer beaucoup, faire les courses doit être délégué à quelqu'un de la famille ou du voisinage des amis pour éviter d'exposer bébé à la pollution (avec son placenta !!!) - j'ai sorti ptite fée pour la première fois à 3 semaines et dans l'écharpe pendant 4 mois ; le périnée est un peu oublié. Pour la rééducation il faut attendre 3 ou 4 semaines, le temps que bébé fasse - peut être - sa première nuit, du moins une nuit de minuit - 6h comme ptite fée.

Ne jamais négliger cette rééducation périnéale. Le Dr De Gasquet nous explique bien qu'elle est là dans le but majeur de , avant de retrouver un corps de rêve et des abdos en bêton (les miens sont cachés sous 10cm de graisse), éviter de finir sa vie à faire pipi au lit !!!

C'est cru je le reconnais mais les mamans de plus de 45 ans et 3 enfants (même 2 d'ailleurs surtout rapprochés) aujourd'hui se plaignent de mouiller leur lingerie, leurs draps et d'acheter des protections spécifiques. Pourquoi ? Absence de rééducation à l'époque. De notre côté nous avons eu la chance que la nature nous ait pourvues de périnées très solides si fait que pour ma part aucun problème pour recontracter ce muscle, mais beaucoup de mal à accoucher et je vous parle pas de ma première fois avec un garçon ! (mais ceci est une autre histoire)

Dès les premiers jours de bébé, il ne faut pas hésiter à faire deux types d'exercices : 

1 la bascule du bassin, qui aide à repositionner son bassin parfois mis à mal par l'accouchement surtout sur le dos

2 : les contractions du périnée ; attention, jamais en urinant, toujours la vessie vide. Il vaut mieux laisser couler quand on va aux toilettes pour éviter les infections urinaires ou autres petits tracas à long terme (et c'est pas moi mais le Dr De Gasquet qui le dit)

 

C'est tout ce que j'ai lu mais c'est déjà pas mal !

C'est quoi être maman aujourd'hui ?

Le 26 avril 2013, 16:32 dans Famille 1

C'est quoi être maman aujourd'hui ?

Parce que être maman aujourd'hui, c'est pas comme il y a 20 ans, comme il y a 50 ans ni même 5 ans.

Etre maman aujourd'hui c'est plus que être maman tout court

Aujourd'hui, on a l'information (et la désinformation) par les médias, en particulier internet. Les réseaux sociaux, les blogs, l'actu en ligne...

Aujourd'hui, on a le droit à la critique, à l'auto critique, l'auto évaluation, la remise en question des erreurs du passé, le féminisme et la parentalité positive.

Aujourd'hui, on élève des "digital natives"

On essaye quand même de les socialiser un peu plus en les emmenant au parc, même si beaucoup ont déserté les parcs. On les emmène dehors, y'a toujours des choses à apprendre en se promenant, même si internet apprend beaucoup.

Nous nous informons via internet et des livres glanés un peu partout, nous faisons des fiches de lecture, des critiques constructives avec nos propres idées (chacun les siennes), nous demandonc l'avis des autres sans être obligé de le suivre, nous achetons des petits pots en imaginant qu'un jour on se mettre à la cuisine pour concocter un bon truc bio (oui mais on a jamais le temps de cuisiner quand on est toujours connectée).






Et si on commençait par le début ?

Voir la suite ≫